Annales de Bourgogne - Benoît Garnot, Leslie Augueux, Anthony Behin & Aurélie Cognard

Annales de Bourgogne

By Benoît Garnot, Leslie Augueux, Anthony Behin & Aurélie Cognard

  • Release Date: 2013-03-09
  • Genre: Europe
  • Size: 6.95 MB

Alternative Downloads

Server Link Speed
Mirror [#1] Annales de Bourgogne.pdf 24,640 KB/Sec
Mirror [#2] Annales de Bourgogne.pdf 45,775 KB/Sec
Mirror [#3] Annales de Bourgogne.pdf 31,843 KB/Sec

Description

"Annales de Bourgogne", extraits de l'année 2012 [B. Garnot, éd.]

Leslie AUGUEUX, L'administration villageoise au XVIIIe siècle : l'assemblée des habitants à Laignes et à Molesme.
Au XVIIIe siècle, les villages et les bourgs du royaume de France sont régis par une organisation originale : la communauté d'habitants. Cette dernière désigne une communauté territoriale, laïque et religieuse fondée sur la résidence, le voisinage ainsi que la solidarité. Elle dispose de ses institutions propres dont la principale reste l'assemblée des habitants qui réunit tous les chefs de feux du lieu, présidée et convoquée par des représentants élus, les syndics. Il s'agira de voir à travers le village de Molesme et le bourg de Laignes quelle était l'organisation matérielle de cette assemblée ainsi que la présence ou non d'une oligarchie villageoise en son sein. La prise de décision restant un élément fondamental, ses larges prérogatives dans tous les domaines de la vie quotidienne sont à montrer que ce soit concernant le prélèvement de la taille, la conduite de la vie agricole, les travaux à faire dans la localité, le choix du personnel et des représentants de la communauté, ou encore la gestion des communaux, de la fabrique et de l'école. La vitalité des communautés d'habitants à la fin de l'époque moderne est alors indéniable. 

Anthony BEHIN, L'échec de l'établissement d'un magasin de farines à Dijon en 1784.
A l'automne 1784, l'intendant Amelot du Chaillou, tout récemment nommé en Bourgogne, tenta de créer à Dijon un magasin municipal de farines, destiné à prévenir les disettes résultant d'un défaut de mouture des grains. Or, ce projet échoua, victime de l'hostilité d'une municipalité pourtant très attentive à l’approvisionnement des marchés en blé. Les arguments développés pour justifier l'attitude du corps de Ville, exposés par l'avocat et échevin Pierre Morelet dans un mémoire conservé aux archives municipales de Dijon, nous permettent de mieux saisir la complexité de la position des administrateurs locaux face au problème des subsistances avant la Révolution et d'entrevoir certaines habitudes de consommation de la population dijonnaise. L'échec de ce magasin de farines montre notamment à quel point le développement du commerce farinier, majoritaire en région parisienne à cette époque, a peu touché la Bourgogne du nord avant la Révolution. 

Aurélie COGNARD, Le Festival des Nuits de Bourgogne (1954-1984), pour la sauvegarde de "l'âme créatrice" française.
Au lendemain de la Libération, beaucoup de Français exprimèrent le désir de voir s’établir en France, une véritable démocratie sociale fondée sur des valeurs humanistes. Parmi elles, le droit à l’égalité face à la culture fut évoqué et défendu par bon nombre d’acteurs culturels : hommes politiques, hommes de théâtre entre autres. L’engagement de ces derniers fut particulièrement vif pour rendre au théâtre le caractère populaire qui était le sien durant l’Antiquité ou le Moyen-âge. La forme festivalière en plein-air connut un véritable succès, influencée notamment par le succès avignonnais. Michel Parent (1916-2009), président-fondateur des Nuits de Bourgogne fut de ceux-ci, et tenta de présenter à une province endormie, des spectacles pluridisciplinaires donnés par les plus grandes compagnies nationales et internationales avec en toile de fond, le patrimoine monumental de la région.

keyboard_arrow_up